Le cantique

Mes doigts caressent tes vocalises
Ta voix épouse ma matrice
Nos champs épidermiques,
Traversés d’ondes en oscillations,
Se superposent.
A chaque intersection
Nos dimensions se transposent
Nos pulsations s’intriquent point à point
Nos sensations ouvrent des abîmes
Tu m’observes
Quand enfin je m’effondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s